Quoi savoir sur les maisons à travers les années avant même de les visiter?

Vous êtes présentement en processus d’achat pour acquérir une nouvelle maison ou tout autres bâtiments? Avant même d’entamer le processus des visites, saviez-vous que vous pouvez détenir des informations supplémentaires grâce à l’année de construction du bâtiment, sans même vous déplacer?

Avant même de déposer votre offre d’achat, vous pourriez avoir de plus amples informations concernant plusieurs items importants à prendre en considération lors d’un processus d’achat en immobilier. L’entreprise DEFSCO vous présente :

 

Les « grandes lignes » des items à connaître et à surveiller, selon l’année de construction du bâtiment

Quoi savoir sur les maisons à travers les années de la plus vieille à la plus récente (gauche à droite)

Voir l’image en plein écran +

 

Si vous n’êtes pas en mesure de détecter ce type de problème dans votre maison et que vous ayez des doutes, nous effectuons des bilans de santé afin d’évaluer l’état courant de votre bâtiment.

 

1930 à 1990 (Amiante)

Les produits et matériaux contenant des fibres d’amiante sont reconnus pour leur flexibilité et leur durabilité. Ils ont longtemps été utilisés dans la construction et la rénovation de bâtiments puisqu’ils résistent à la chaleur et absorbent le bruit. Les fibres d’amiante présentent cependant des risques pour la santé. Avec le temps, une personne exposée aux fibres d’amiante risque de développer certaines maladies pulmonaires comme le mésothéliome, le cancer du poumon ou l’amiantose. Plus la personne est exposée à l’amiante, plus ce risque augmente. Au Québec, l’industrie de la construction a eu recours aux produits et matériaux contenant de l’amiante surtout entre les années 1930 et 1990. Il est donc possible de trouver de l’amiante en divers endroits dans les bâtiments résidentiels construits ou rénovés à cette époque. Certains matériaux contenant de l’amiante, principalement sous forme d’amiante-ciment, sont toujours offerts sur le marché. Ces matériaux entrent par exemple dans la fabrication de tuyaux ou de pare-chaleur pour foyers.

 

1950 et moins (Conduit de plomberie en acier galvanisé)

Avec le temps, la rouille peut se former à l’intérieur des conduits et l’eau aura de la difficulté à passer. Il y a un risque que les tuyaux se fissurent. Les habitations construites avant 1950 sont les plus à risques puisque les tuyaux en acier ont atteint leur durée de vie maximale, soit une cinquantaine d’années. Vérifier l’état des conduits à l’aide de caméra spécialisée. Au besoin, remplacer le système et ayez un estimé avant de finaliser la transaction.

 

1960 et moins (Peinture de plomb)

Possibilité que la peinture qui recouvre les murs contienne du plomb. Si vous voulez savoir si votre maison contient de la peinture à base de plomb, vous pouvez envoyer des échantillons de peinture à un laboratoire afin qu'ils soient analysés, ou embaucher un entrepreneur possédant l'appareil d'analyse qui permet de détecter le plomb sur les surfaces peinturées. Le fait que cette peinture s'écaille, s’enlève ou se détériore par une usure normale (comme la peinture sur les portes, les fenêtres, les escaliers et les rampes) ou par des travaux peut exposer, vous et vos enfants, à de graves dangers pour la santé. L’empoisonnement par le plomb peut causer l’anémie (une carence en globules rouges) et porter atteinte au cerveau et au système nerveux. Le risque est encore plus grand pour les enfants, car ils sont en pleine croissance et absorbent le plomb facilement. Même de petites quantités de poussière contenant du plomb sont dangereuses pour les nourrissons et les enfants. Le plomb absorbé par la mère peut également nuire à la santé de l’enfant à naître. Il est probable que votre maison contienne de la peinture à base de plomb si elle a été bâtie avant 1960. Si la maison a été construite entre 1960 et 1990, la peinture à base de plomb peut avoir été utilisée à l’extérieur. La peinture utilisée à l’intérieur peut aussi contenir du plomb en plus petites quantités, ce qui peut tout de même être dommageable. Les maisons construites après 1990 ne devraient pas contenir de plomb, parce que toutes les peintures destinées au grand public et fabriquées au Canada et aux États-Unis depuis cette année-là ne contiennent pratiquement plus de plomb. Méfiez-vous des écailles de peinture et des poussières de démolition.

 

1950 à 1980 (Isolant Vermiculite dans l’entretoit)

La vermiculite est une substance minérale composée de mica. Elle est identifiée par sa forme rectangulaire et ses différents petits morceaux. Certaines marques de vermiculite était composée de minerai qui contenait de l’amiante. L’identification de l’amiante ne peut être faite visuellement et doit être analysé en laboratoire. Ne déplacer jamais de la vermiculite avant d’avoir la certitude que celle-ci ne contient pas d’amiante. Prenez-note qu’il se peut qu’une partie de cet isolant soit tombée à l’intérieur des murs avec le temps. La vermiculite contaminée est celle extraite de la mine Libby, au Montana, vendue au Canada principalement sous la marque Zonolite Attic Insulation. Elle a été utilisée des années 50 au début des années 80. Dans les plus vieilles maisons n’ayant à l’origine aucune forme d’isolation, de la vermiculite peut avoir été épandue dans les combles, mais aussi dans des cavités murales et de faux planchers. Dans les années 70, elle a servi d’isolant principal dans les combles. Pour éviter l’exposition aux fibres d’amiante, ne perturbez pas l’isolant de vermiculite de quelque façon que ce soit et n’essayez pas de l’enlever vous-même. Assurez-vous que :

  • les enfants ne sont pas autorisés à entrer dans l’entretoit;
  • l’entretoit n’est pas utilisé pour l’entreposage ou pour tout autre usage;
    des professionnels formés au désamiantage sont embauchés si vous prévoyez des travaux de
    réaménagement ou de rénovation;
  • toutes les fissures et tous les trous dans le plafond des pièces se trouvant sous l’isolant sont remplis d’un scellant;
  • du calfeutrage est appliqué autour des appareils d’éclairage et de la trappe d’accès au grenier pour éviter que l’isolant ne passe au travers.

 

1960 à 1980 (Filage électrique en aluminium)

Certains circuits électriques de la maison pourraient être en aluminium. Ce type de filage a été utilisé sur la construction entre 1968 et 1978 (environ). Aujourd’hui, ce type de filage n’est plus utilisé, car il a été la cause de plusieurs incendies par le passé. Les fils d’aluminium ont tendance à se dilater lorsqu’ils chauffent, ils s’oxydent facilement et sont très fragiles. Cette situation peut représenter des risques d’incendie ou d’accident. Si il y a la présence de ce type de fil, nous vous conseillons de faire vérifier par un électricien l’ensemble de l’installation afin de s’assurer que toutes les connexions sont sécuritaires. L’aluminium peut être employé en toute sécurité, tant que les connecteurs utilisés sont adéquats et que les connexions sont sécuritaires. S’assurer d’utiliser des composantes (interrupteurs, prises, etc.) de type CU/AL et que les branchements sont effectués selon une méthode d’installation approuvée (par exemple, marette et pâte anti-oxydant pour aluminium). Si il y a des circuits en aluminium à changer, prévoyez des coûts à cet égard.

 

1970 à 1980 (Mousse isolante d’urée-formaldéhyde -MIUF)

La mousse isolante d’urée- formaldéhyde, appelée la MIUF, a fait les manchettes dans les années 80. À la fin des années 70, près de 80 000 propriétaires ont profité des subventions d’Ottawa pour isoler leur maison avec la MIUF. Par la suite, ils ont été nombreux à se plaindre de problèmes de santé et ont montré du doigt le gaz incolore formaldéhyde. Même si l’installation de la MIUF est interdite depuis 1980, ce n’est qu’en 2004 que le formaldéhyde a été reconnu comme une substance cancérigène. La mousse isolante d’urée-formaldéhyde (MIUF) a été mise au point en Europe dans les années 1950 dans le but de mieux isoler les cavités difficiles d’accès des murs des habitations. Elle est généralement constituée sur le chantier à partir d’un mélange de résine urée-formol, d’un agent gonflant et d’air comprimé. Lors de l’injection du mélange dans le mur, l’urée et le formaldéhyde s’unissent et en durcissant prennent la forme d’une mousse plastique isolante. Au cours des années 1970, le souci de l’efficacité énergétique s’est traduit par des tentatives visant à améliorer l’isolation thermique des habitations au Canada. C’est ainsi que la MIUF devint un important produit d’isolation pour les maisons existantes. L’isolant a été en majeure partie mis en place entre 1977 et 1980. Le formaldéhyde est un gaz âcre et incolore couramment utilisé en solution aqueuse à titre de produit de préservation et de désinfectant. Il constitue aussi la base d’importants plastiques, dont les adhésifs durables. Il se retrouve à l’état naturel dans le corps humain ainsi que dans l’environnement. Le formaldéhyde s’utilise comme liant dans la fabrication de certains contreplaqués, des panneaux de particules, des moquettes et tissus, et dégage « une odeur de maison neuve ». Le formaldéhyde est également un produit dérivé de la combustion, puisqu’on le retrouve dans la fumée de tabac, les gaz d’échappement des véhicules, et les gaz de combustion des générateurs de chaleur, des foyers et des poêles à bois. Présent en petites quantités, le formaldéhyde ne pose aucun danger, sauf qu’en concentrations appréciables il devient un gaz irritant et toxique. La surexposition au formaldéhyde se traduit par les symptômes suivants : irritation des yeux, du nez et de la gorge; toux persistante et troubles respiratoires; irritations cutanées; nausées; maux de tête et étourdissements. La MIUF qui entrerait en contact avec l’eau ou de l’humidité risquerait de se dégrader. La MIUF humide ou en voie de détérioration doit être enlevée par un spécialiste et la source du problème d’humidité doit être éliminée.

 

1985 (Plafond radiant)

Le chauffage de type plafond radiant chauffe les masses (comme un soleil), donc un chauffage de type « rayonnement ». Dans les années 55 à 75, des plafonds ont été dotés de fils chauffants, à l’intérieur même du plâtre, ou derrière les feuilles de placoplâtre. Il s’agit de fils de série, comme les fils pour planchers chauffants d’aujourd’hui. Chaque pièce a son propre circuit, relié à un thermostat. À partir de 1975, on retrouve sur le marché des fils chauffants incorporés dans des plaques de gypse. Le produit présente l’avantage que si une plaque devient défectueuse, les autres continueront à chauffer. Les fils doivent être espacés de façon régulière dans le plafond. S’ils sont trop rapprochés, vous risquez de sentir les rayons, surtout lorsque le système vient d’être mis en marche. C’est en 1985 que les pellicules chauffantes sont arrivées sur le marché, il faut faire attention à ce produit (responsable de plusieurs incendies auparavant). En 1994, la Régie du bâtiment du Québec a ordonné le débranchement de certains types de pellicules. Leur installation est toujours interdite. Ce sont les pellicules des marques suivantes :

  • AZTEC FLEXEL SCOTLAND (22 WATTS);
  • THERMO-FLEX SCOTLAND (22 WATTS);
  • FLEXWATT (20 WATTS ET PLUS);
  • SAFE-T-FLEX MK 4 ou MK 5 (22 WATTS/PI2).

Les pellicules de marque FLEXWATT portant les numéros suivants sont aussi visées : R13C13H120 / R13C13H208 / R13C13H240 / R17C20H120 / R17C20H208 / R17C20H240 / R25C30H120 /
R25C30H208 / R25C30H240

 

1980 à 1990 (Conduit de plomberie Poly-B)

Le Poly-B ou polybutylène a été largement utilisé en tant que conduit d’alimentation pour l’eau potable ainsi que pour les systèmes radiants à eau chaude aux USA dans les années 1970 et ensuite au Canada au début des années 1980. Ce produit était beaucoup moins dispendieux que le cuivre et plus facile d’installation. De plus, il était plus souple et moins bruyant. Le chlore contenu dans l’eau affecte les conduits de Poly-B. La concentration de chlore dans l’eau étant plus élevé aux États-Unis, nombreux cas de fuites aux joints et parfois ailleurs le long des tuyaux ont été signalés. À tel point, qu’un recours collectif de près d’un milliard de dollars a eu lieu aux États Unis. Au Québec, le recours collectif, entrepris en 1998, a fait l’objet d’un règlement en 2004, dans lequel une procédure de réclamation a été instituée pour les propriétaires concernés. La date limite de réclamation était fixée au 18 juin 2005. Les raccords de plastique en acétal se désagrégeaient au contact du chlore dans l’eau et plus le taux de chlore était élevé, plus rapide était la réaction. Au Québec, plus de 200 000 bâtiments sont munis de ce type de conduit. Certains affirment qu’il n’y a pas de problématique, ici, vu que le taux de chlore contenu dans l’eau est beaucoup moins élevé que chez nos voisins du sud. Il faut surveiller l’état des connexions régulièrement.

 

1995 (Conduit de plomberie KITEC)

Le système de plomberie Kitec est apparu sur le marché en 1995.
Aujourd’hui, le Kitec a été supplanté par le PEX, un produit du même fabricant, IPEX. Dans certaines
régions des États-Unis, les raccords en laiton utilisés pour relier les tuyaux de Kitec auraient tendance à se
corroder et s’affaiblir. Des fuites soudaines ont eu lieu. Cette usure prématurée pourrait être liée aux
propriétés de l’eau dans certains réseaux d’aqueduc. En contexte de transaction immobilière, le Kitec devient un sérieux problème. Plusieurs assureurs ne veulent rien savoir. Si vous souhaitez acheter un bâtiment ou un logement dont la plomberie d’alimentation est en Kitec, ajoutez aux conditions de l’offre d’achat l’obtention d’une couverture d’assurance. Vérifier la situation avec vos assurances. On reconnait le Kitec avec un tuyau orange pour l’eau chaude, un tuyau bleu pour l’eau froide.

 

Bâtiment de plus de 30 ans

Le drain de fondation a une durée de vie moyenne de 25 à 30 ans, seul un sondage du côté extérieur (excavation partielle) et/ou un accès au regard (à partir de l’intérieur) pourrait nous informer sur la qualité du drainage des fondations. Une vérification à cet effet à l’aide de caméra spécialisée vous informera de la situation actuelle. L’installation systématique du drain français n’a débuté qu’en 1954, et ce n’est que depuis 1970 qu’il est en plastique et considéré comme plus  »performant ». Après 40 ans, tout drain n’est probablement plus efficace, nécessitant au moins un nettoyage.

 

Bâtiment de plus de 40 ans

Si le système d’approvisionnement en eau (alimentation de la plomberie) est en cuivre, il faut prévoir le remplacement des conduites car l’espérance de vie des conduites de cuivre est normalement de 40 à 50 ans. Des bris de plomberie peuvent survenir en tout temps. Si vous prévoyez remplacer des appareils, nous vous recommandons d’en profiter pour remplacer également les conduites d’alimentation à ce moment.

 

Bâtiment de plus de 50 ans

Si le système d’évacuation de plomberie est en fonte, des travaux de rénovation pourraient être à prévoir car ces composantes ont probablement atteint la fin de leur vie utile. Le système peut être opérationnel, mais à cause de l’âge de l’installation, il est fort probable que des réparations seront à faire régulièrement.

 

Fondation en bloc de béton

Ce type de fondation, de qualité moindre, est sensible aux mouvements de sol, de même qu’aux poussées latérales exercées par ce dernier. De plus, le sol avoisinant doit assurer un drainage adéquat. Dans le cas contraire, il peut y avoir infiltration d’eau par les joints de maçonnerie qui sont moins étanches ou fissurés. Dans le cas où des infiltrations sont notées, il peut être nécessaire de poser une membrane hydrofuge du côté extérieur de la fondation et de refaire le drain de fondation, ce qui peut entraîner des dépenses importantes. Il faut aussi vérifier si les joints de mortier sont à refaire
(rejointoiement).

 

Fondation de pierre

Les fondations de pierres sont moins stables qu’une fondation de béton. Avec le temps, le mortier se désagrège et les pierres peuvent se déplacer. Après un certain nombre d’années, les joints de mortier doivent être refaits. Le nombre d’années dépend de la qualité originale du mortier. Ce type de fondation est régulièrement affecté par des infiltrations d’eau par les joints de maçonnerie qui sont peu étanches. Si vous notez des infiltrations d’eau, et que celles-ci peuvent affecter la qualité de l’air ou les matériaux, une membrane hydrofuge doit être appliquée du côté extérieur afin d’imperméabiliser les fondations, ainsi que la pose d’un drain de fondation, ce qui peut entraîner des dépenses importantes. Si la situation est grave (signe d’anomalie structurale), il pourrait être nécessaire de contacter un ingénieur pour vérifier la situation à l’égard de la fondation.

 

Choisissez un inspecteur en bâtiment qualifié et professionnel. Il est normal que le coût de l’inspecteur accrédité, ayant en main les bons outils, soit plus élevé que d’autres inspecteurs, mais votre argent sera bien investi. Les inspecteurs minutieux observeront toutes les composantes sans être pressé. « Slowly is better ».

 

À propos de DEFSCO

DEFSCO est une entreprise qui se démarque dans l’inspection immobilière et dans l’imagerie thermique. Un seul endroit à visiter pour obtenir une grande variété de services qui répondront à vos besoins.

Nous sommes

  • Membre inspecteur de l’AIBQ (Association des inspecteurs en bâtiments du Québec)
  • Thermographe ITC (Infrared Training Center)
  • AEC Inspection immobilière
  • DEC Génie Civil Construction
  • Autres (formation en continue et plus)

Nos services

Ayez un thermographe accrédité durant l’inspection immobilière. L’imagerie thermique est un
outil supplémentaire pour détecter des défaillances non-visuelles, notamment :

  • Les défaillances de l’isolation;
  • Infiltration et exfiltration d’air (pont thermique);
  • Matériaux imprégnés d’humidité;
  • Perte de gaz dans les fenêtres à haut rendement;
  • Présence d’insectes (nid) et vermines;
  • Piètre qualité de construction et défectuosité de la structure;
  • Dangers électriques;
  • Autres.

Contactez-nous pour un bilan de santé

Partagez l'article :

En vedette