L’inspection des bâtiments enfin encadrée par une loi : l’AIBQ se réjouit de l’adoption du p.l. 16 à l’assemblée nationale

Message aux membres AIBQ

L’AIBQ obtient ce qu’elle revendique depuis près de deux décennies

MONTRÉAL, le 5 décembre 2019 – L’Association des inspecteurs en bâtiments du Québec (AIBQ) se réjouit de l’adoption du projet de loi 16 sur l’encadrement de l’inspection de bâtiments à l’Assemblée nationale. Après deux décennies de revendication par l’AIBQ, une loi donne enfin au gouvernement la capacité d’agir afin d’encadrer le rôle des inspecteurs en bâtiments.

« C’est un grand jour, autant pour les consommateurs que pour les professionnels de l’inspection au Québec. Enfin, il ne sera plus possible de s’improviser inspecteur sans posséder la formation adéquate ou les compétences reconnues pour pratiquer cette profession. Nos membres souscrivaient déjà à ces critères fondamentaux, mais ce n’était malheureusement pas le cas de l’ensemble des inspecteurs au Québec », a rappelé le président de l’AIBQ, M. Pascal Parent.

Le projet de loi 16 prévoit que l’inspecteur, pour pratiquer son travail, reçoive désormais un certificat à cette fin décerné par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) ou par un organisme reconnu par celle-ci. Bien que les critères d’encadrement restent à être détaillés par la RBQ, le vote d’aujourd’hui annonce la fin de ce que certains qualifiaient de « Far West » québécois. Pour l’AIBQ, la loi permet d’envisager éventuellement un niveau aussi élevé d’encadrement qu’assure depuis nombre d’années l’AIBQ auprès de ses propres membres, mais cette fois-ci à l’ensemble des inspecteurs en bâtiments de la province. La mesure vise à offrir des services d’inspection de qualité et homogènes, de même qu’une protection adéquate des consommateurs québécois.

L’AIBQ se positionne très favorablement dans cette démarche gouvernementale puisque la mission première de l’Association est de protéger le public par l’encadrement strict de ses membres. L’AIBQ a développé par ailleurs, au fil des années, les normes d’inspections réputées comme étant les plus sévères au pays. Jusqu’à maintenant toutefois, l’encadrement au Québec était simplement volontaire.

Les consommateurs québécois enfin protégés par l’État

« C’est une excellente nouvelle pour les consommateurs. On se donne désormais les moyens de protéger l’ensemble des Québécois de la même manière lorsqu’ils procèdent à l’achat d’une habitation, qui est souvent l’investissement le plus important de leur vie », explique M. Parent.

L’AIBQ tient à souligner la collaboration du gouvernement et des partis d’opposition qui, ensemble, ont su élever le débat au-delà des considérations politiques partisanes. Rappelons que le projet de loi, présenté et défendu par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a mis à contribution ce qu’avait proposé en 2018 l’ancienne ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Mme Lise Thériault.

 

À propos de l’AIBQ

Avec ses 500 membres, l’AIBQ est la plus importante association provinciale d’inspecteurs au Canada, et aussi la plus ancienne. Elle a intégré, en 2017, la deuxième association d’inspecteurs en importance au Québec, l’Association nationale des inspecteurs et experts en bâtiment (ANIEB), pour ne former qu’un seul regroupement concerté.

L’AIBQ a pour mission de protéger le public par l’encadrement de ses membres, dont l’application d’exigences strictes lors de l’admission des candidats : formation obligatoire et continue sur les connaissances techniques du bâtiment; couverture d’assurance responsabilité professionnelle; normes d’inspection reconnues parmi les plus sévères au pays; respect d’un code de déontologie; surveillance par un conseil de discipline. L’AIBQ participe, avec divers organismes du domaine de l’immobilier et de la construction, à promouvoir le professionnalisme et la compétence des inspecteurs en bâtiments auprès du public. Pour plus d’informations, consultez le aibq.qc.ca.

 

Partagez l'article :

En vedette